Va te faire foutre, UEFI !

Un billet inutile pour relater ma première fois avec UEFI (et pour déverser un peu de colère près de chez vous durant ces fêtes mollassonnes).

Des Moldus ont acheté un ordinateur desktop dans une grande surface et me demandent d'assurer la maintenance et leur propre formation à partir de 0. Je me rends compte que Windows 8 est préinstallé sur la pauvre bécane.

Je passe sur le fait que la vente liée est interdite en France (enfin, c'est un vrai sac de nœuds, comme d'habitude avec la législation : Actualité : archives | groupe "Non aux Racketiciels" de l'Association Francophone des Utilisateurs de Logiciels Libres (AFUL), La vente liée et Internet - JDN) mais que le législateur s'en bat les couilles complet encore en 2013.

J'indique que je n'assure pas la maintenance de winwin (moins de stress (généré par la peur de faire une connerie grave) pour les gens, pas de virus à supprimer toutes les semaines pour moi, ...) ... Finalement, on part sur un système Debian GNU/Linux stable. Pour surfer sur le web, scanner des documents et envoyer des mails, Debian est laaaaaaargement suffisant.

Avant de passer à l'action, je réfléchis ... Windows 8 ... Il doit y avoir UEFI pas loin ... Et qui dit UEFI dit Secure Boot. Qui dit Secure Boot dit galère pour installer un OS propre, j'ai déjà lu ça plusieurs fois et notamment chez Le Hollandais Volant ... Une recherche sur le web me confirme tout ça rapidement.

Donc il faut accéder à l'interface UEFI, désactiver Secure Boot et changer l'ordre des périphériques lus au boot. Il ne reste plus qu'à savoir comment y accéder ...

Premier réflexe : lire la documentation. OK, il y a trois livrets fournis avec l'ordinateur :

  • L'un contient le schéma pour brancher les câbles et du blabla (sécurité, CLUF) dans plusieurs langues ;
  • L'autre est une publicité pour HP Connected Music (en partenariat avec Universal, ça commence bien) dans plusieurs langues ;
  • Le dernier livret présente les « Concepts de base de Windows 8 ».

C'est hallucinant ... Je me souviens de mon dernier desktop acheté dans une grande surface ... C'était au début de l'année 2002 ... C'était un Medion MD-771 ... Et la documentation était une vraie documentation. Elle présentait le matériel que j'avais acheté dont les paramètres que je pouvais changer dans le BIOS ! Sisi ! De la vraie documentation, de plus d'une centaine de pages ! Sisi ! Sisi ... En 2013, la documentation d'un ordinateur consiste en une pub et une présentation succincte de l'OS (donc du truc dont on a forcé la vente ... je trouve ça croustillant) qui peut être changé par le client ... Quelle régression en 11 ans ... Je suis déception et tristesse ...

Évidemment, j'ai tenté de chercher le manuel sur le web. Au mieux, j'ai trouvé que les documents déjà en ma possession.

Lire la documentation ces temps-ci est une erreur. L'ignorance, c'est la force.

Deuxième réflexe : tester les touches les plus souvent utilisées en mode bourrin. F1-F12 et Suppr. À part F2 qui m'a conduit à un utilitaire de dépannage UEFI, je n'ai rien trouvé.

Troisième réflexe : rechercher sur le web avec la référence du bouzin : HP Compaq CQ2900EF (C3V36EA).

Je tombe sur un thread sur le forum Ubuntu-fr : Comment Installer Ubuntu à la place de Windows 8. Comme la procédure décrite par GP974 est fonctionnelle, je la reproduis ici :

Appuyez la touche Windows + C
Cliquez Paramètres.
Cliquez Modifier les Paramètres PC.
Sous Paramètres PC, sélectionnez Général.
Sous démarrage Avancé, cliquez Redémarrer maintenant. Le système redémarrera et affichera menu de démarrage Windows 8.
Dans le menu de démarrage, sélectionnez Dépannage.
Dans menu Dépannage, sélectionnez Options Avancées.
Dans le menu Options Avancées, sélectionnez Paramètres Firmware UEFI.
Cliquez Redémarrer pour redémarrer le système et accéder au (BIOS) UEFI.

De manière assez ironique, durant la procédure, le menu de démarrage Windows 8 m'indiquera que je peux utiliser F10 pour aller plus vite ... Sans blague ! Sauf que j'ai essayé et que ça ne marche pas, ducon !

Arrivé dans l'interface UEFI, trois choses m'interpellent.

La première : comme sur tous les BIOS de machines achetées dans les grandes surfaces, les options accessibles sont en dessous du strict minimum vital ...

La deuxième : quasiment tout est rangé sous le menu Sécurité ... Activer/désactiver l'audio intégré ? De la sécurité ! Activer/désactiver la carte réseau intégrée ? De la sécurité ! Pareil pour les ports SATA ... Connaître l'ID du système (référence exacte) ? De la sécurité ! Activer/désactiver les ports USB ? De la sécurité. Ce dernier élément est assez drôle ... Sachant qu'il n'y a pas de ports dédiés à la souris et au clavier sur ce matériel, il faut forcément laisser deux ports activés (un avec un hub, pour les pénibles 😉 )... Donc on repassera pour la sécurité. Activer/désactiver les instructions de virtualisation ? De la sécurité. Je peux comprendre (Blue Pill) mais ça me semble assez foireux. À mon avis, tout cela suit la même logique : celle de la peur pour contrôler l'usage aka « Connard de client, touche pas à ça sinon ta sécurité est remise en cause, tu vas mourir dans d'atroces souffrances MOUAHAHAHAHAHA ! ».

La troisième : la bonne vieille interface BIOS en anglais était plus compréhensible que cette interface traduite dans un français déroutant ... Quel intérêt de traduire ça ? Permettre à tout un chacun de consulter/modifier les paramètres ? Avec une procédure aussi compliquée pour y accéder ?! En leur faisant peur "sécurité holalala attention !" ?! Hé bah ...

On va donc dans le menu « Sécurité », « Configuration d'amorçage sécurisée », on passe le warning qui nous dit qu'on peut faire des choses atroces et dangereuses avec F10, on active « Assistance pour anciens équipements » (selon moi, c'est l'équivalent à un bon vieux "legacy support"), on désactive « Amorçage sécurisé ». On sauvegarde avec F10. On va dans le menu « Stockage » puis « Ordre de démarrage ». on passe « Disque dur USB » (c'est sous cette appellation que ma clé USB d'install Debian est reconnue) en premier avec la touche entrée et les flèches directionnelles du clavier. Je désactive aussi le « Windows Boot Manager » avec F5.

On enregistre les modifications en allant dans le menu « Fichier », « Enregistrer les modifications et quitter ». L'ordinateur va redémarrer et là, c'est le drame ! Un message s'affiche pour prévenir qu'une odieuse modification de l'ordre des périph' d'amorçage a eu lieu et il faut taper un code pour vérifier que vous êtes bien la personne qui a effectué ces modifications ... Sauf que le code à taper est donné sur l'écran ... Security fail again ... Je ne vois pas d'autre intérêt à cet écran que celui d'infantiliser l'utilisateur. En cas d'erreur, la personne qui est capable de faire les modifs une fois sait bien que si elle s'est trompée, ça ne bootera pas et il suffira de retourner dans l'interface UEFI pour retenter sa chance ... Pas besoin d'une confirmation supplémentaire avec un code donné à l'écran ! Ou peut-être savent-ils que la touche F10 ne fonctionne pas et qu'il faut absolument passer par Windows pour modifier les paramètres ? 🙂

Conformément au billet de Julien sur le blog du Hollandais Volant, je souhaite désactiver FastStartup. Je me trouve un tutoriel pour faire ça (en passant, on notera la simplicité prétendue de Windows) : Fast Startup - Turn On or Off in Windows 8.

Je branche ma clé USB d'install Debian, je reboote et fini les conneries, je reviens enfin dans un monde logique, un monde d'ouverture. L'installation se déroule de manière tout à fait normale. Au reboot, j'ai un beau menu GRUB et Debian boote sans problèmes.

Chose intrigante : depuis l'installation de Debian, j'arrive bien à accéder à l'UEFI en pressant la touche F10 lors du boot ... Je ne l'explique pas de manière sérieuse (la piste non sérieuse est de considérer que Debian > *, pour info). Peut-être la désactivation du FastStartup ? Je suis sûr d'avoir testé la touche F10 correctement auparavant.

Pour conclure, je me souviens qu'il y a quelques années, des geeks de toute part râlaient déjà contre UEFI en disant que ça allait être la merde pour installer un système libre et propre et tout et tout ... Évidemment traités de paranos et d'autres termes flatteurs ces derniers temps ... C'est croustillant de se remémorer ces râleries du bon vieux temps après avoir touché un UEFI. C'est avoir tort que d'avoir raison trop tôt. 🙂

1 commentaire pour l'instant

Ajoutez votre commentaire
  1. Merci pour l’article. Windaube devient vraiment de pire en pire. Je déactive de ce pas l’UEFI pour que ça puisse enfin faire booter ma clé OpenSuse