DNAME

Aujourd'hui, on va parler d'un type d'enregistrement DNS : DNAME. Je connaissais ce type d'enregistrement mais je n'avais jamais eu l'occasion de l'utiliser autrement que pour un test bidon. Comme l'occasion s'est présentée récemment, je voulais faire un petit feedback. En conséquence, je vais être assez léger. Pour creuser le sujet, il faudra aller voir sur le blog de Stéphane Bortzmeyer (j'égrène les bons liens au long de ce billet).

Qu'est ce que c'est ?

Delegation Name (DNAME) est un type d'enregistrement DNS défini dans le RFC 6672 (l'original 2672 étant obsolète) qui permet de donner un alias, un synonyme à l'intégralité d'un sous-arbre dans la hiérarchie du DNS. Avec DNAME, le nom lui-même reste inchangé et n'est pas redirigé. En comparaison, le type CNAME permet de créer un alias 1 vers 1 : un unique nom pointe sur un autre. Le sous-arbre du nom aliasé reste inchangé. En gros, mettre un DNAME sur un nom produira le même résultat que de mettre des CNAME sur chacun des sous-noms possibles.

Exemple : mycorporation.example. DNAME ultimatecorporation.example.

www.mycorporation.example. pointe sur www.ultimatecorporation.example. Si ce dernier nom existe, une requête sur www.mycorporation.example produira un résultat. NXDOMAIN dans le cas contraire.

En admettant que le nom ultimatecorporation.example. existe en type AAAA (IPv6), que donnera une demande dig AAAA mycorporation.example. ? Aucun résultat. 🙂 Le nom n'existe pas dans le type demandé. Si vous êtes tombé dans le piège, relisez bien la définition : un DNAME permet de donner un alias à un sous arbre, pas au nom lui-même. Pour résoudre ce problème :

  • n'espérez pas d'ajouter un enregistrement de type CNAME pour mycorporation.example. CNAME ne se combine avec aucun autre type (exception faite des types relatifs à DNSSEC comme RSSIG) !
  • dupliquer l'information. Dans notre cas : dupliquer le type AAAA pour les deux noms (ultimatecorporation.example. et mycorporation.example.). Ce n'est pas un alias : une éventuelle modification devra être faite pour les deux noms !
  • on pourra, peut-être, utiliser un futur nouveau type, comme BNAME ou SHADOW, tous deux proposés à l'IETF, qui permettent de combiner CNAME et DNAME : on crée un alias pour un nom et pour le sous-arbre de ce nom.

À quoi ça sert ?

Le DNAME peut-être utilisé dans les cas suivants :

  • Lorsqu'une même organisation (ou personne) enregistre son nom ou celui d'une de ses marques dans plusieurs voire tous les TLD existants. Le DNAME permet de faire pointer chaque sous-arbre vers un seul sous-arbre. Seul ce dernier devra être maintenu.
  • Lors d'une rachat ou d'une fusion d'entreprises. Pour présenter le DNAME, Stéphane Bortzmeyer utilise le renommage de Vivendi Environnement en Veolia Environnement.
  • Pour les noms de domaine en unicode (IDN). DNAME est utilisé, par exemple, dans le TLD cat.

Limites

Comme le DNAME permet uniquement de donner un alias à un sous-arbre, cela peut être gênant en fonction de l'implémentation de certains scénarios. Par exemple : sous le TLD .cat, lors de l'enregistrement d'un nom IDN, le nom ASCII est aussi réservé et un DNAME redirige le sous-arbre IDN vers le sous-arbre ASCII. Cela signifie que je ne pourrais jamais envoyer de mails à destination du domaine caballè.cat. : ce FQDN est de type DNAME donc seul le sous-arbre est aliasé ! Pas de MX, pas de SRV (XMPP par exemple), pas même de A/AAAA (si pas de MX/SRV, les serveurs de mail/jabber cherchent un A/AAAA). Le mieux serait de déléguer les deux noms (IDN/ASCII) au titulaire et libre à lui d'utiliser DNAME ou pas en complément d'une duplication des type A/AAAA/MX/SRV/SPF/ pour l'apex. C'est d'ailleurs comme cela que procède DotAsia, le registre de asia. .

Comme l'utilisation de DNAME conduit à la synthèse de CNAME, cela signifie qu'il est possible d'avoir des chaînes de CNAME qui sont, normalement, déconseillées. Exemple : si l'on a www.ultimatecorporation.example. CNAME web.ultimatecorporation.example., alors dig A www.mycorporation.example générera la réponse suivante :

mycorporation.example.                  3600	IN	DNAME	ultimatecorporation.example.
www.mycorporation.example.	        0	IN	CNAME	www.ultimatecorporation.example.
www.ultimatecorporation.example.	3600	IN	CNAME	web.ultimatecorporation.example.
web.ultimatecorporation.example.	3600	IN	A	192.0.2.1

Le DNAME est fortement méconnu car, pour les deux usages sur les trois cités plus haut, il peut être remplacé par un fichier de zone avec des noms relatifs et des liens symboliques vers ce fichier pour toutes les zones identiques. La seule limite de cette méthode est la consommation mémoire : au chargement des zones, le serveur duplique les données pour obtenir un exemplaire par zone chargée (alors que les RDATA sont identiques). Cela pose problème pour les cas d'usages où l'on a beaucoup de zones identiques comme les IDN et les variantes.

Mettre en œuvre

DNS

Rien de spécial : c'est un type d'enregistrement, rien de plus.

Si vous avez deux domaines, savoir si vous allez vous les faire déléguer et mettre un DNAME dans le fichier de zone de l'un ou si vous allez demander à l'un des domaines parent de mettre le DNAME directement dans son fichier de zone à lui est un pur choix de votre part (le premier suppose de dupliquer l'apex, le second que vous n'aurez ni mail ni XMPP ni ... sur le domaine lui-même) et en fonction de votre domaine parent (inutile de demander ça à un gTLD/ccTLD hein, je dis ça pour ceux qui obtiennent des domaines via des potes 😉 ).

Postfix

On suppose que le serveur est configuré pour traiter les mails au départ/à destination du domaine mycorporation.example. On veut aussi qu'il s'occupe du nouveau domaine équivalent ultimatecorporation.example.. Pour l'identification, j'utilise SASL.

J'utilise les directives « virtual_alias_domains » et « virtual_alias_maps » :

virtual_alias_domains = ultimatecorporation.example
virtual_alias_maps = hash:/etc/postfix/virtual_aliases

/etc/postfix/virtual_aliases contient :

@ultimatecorporation.example        @mycorporation.example

Les mails adressés à guigui@ultimatecorporation.example seront redirigés vers guigui@mycorporation.example et delivrés si cette boîte existe.

Pour pouvoir envoyer des mails avec une adresse @ultimatecorporation.example, il suffit de rajouter une entrée dans une table passée en argument de « smtpd_sender_login_maps ». Exemple ici avec ce qui deviendra une hashmap :

guigui@ultimatecorporation.example        guigui@mycorporation.example

ejabberd

Il suffit simplement d'ajouter le nouveau nom dans la directive « hosts » comme le montre l'exemple commenté dans le fichier de configuration :

{hosts, ["mycorporation.example", "ultimatecorporation.example"]}

Aucun commentaire.

Ajoutez votre commentaire