L’école 42 de Xavier Niel

Bon, à moins de vivre dans une grotte, vous avez forcement vu cette information passer sur votre écran. Qu'ai-je à en dire ? Mes propos se basent majoritairement sur la conférence de presse du 26 mars 2013.

D'abord, je partage une partie du constat sur les problèmes de l'éducation dans les filières informatiques (bien que je n'aime pas ce terme, qui, comme "filières numériques", peut englober tout et n'importe quoi selon la perception qu'on en a). Les formations orientées informatique dans les universités françaises sont à côté de la plaque et les écoles d'ingénieurs en informatique privées sont aussi à côté de la plaque mais, au moins, elles sont douées sur le plan commercial. 😛 Je ne peux pas avoir un avis éclairé sur les écoles d'ingénieurs publiques donc je me tais.

En revanche, je ne partage pas la solution et un certain nombre de points m'ont hérissés les cheveux :

  • La pédagogie sera la pédagogie par projets et c'est RÉVOLUTIONNAIRE nous dit-on ... Oui ... C'est juste ce qui se fait depuis longtemps dans les écoles d'ingénieur en informatique privées (EPITA, EPITECH, EXIA, ...).
  • Cela m'amène sur les limites de ce fonctionnement en travail de groupe autour d'un projet. Le travail de groupe est nécessaire, oui, que ça soit en entreprise, dans des associations (comme les FAI associatifs mais pas que), pour partager la connaissance, apprendre plus efficacement et tout et tout. Oui, pour innover ou même pour simplement construire des choses, il faut regrouper des compétences diverses, ça fait des siècles qu'on l'a pigé (pour reprendre l'exemple du FAI associatif, ce n'est pas que de la technique (qui déjà nécessite des compétences bien vastes), c'est aussi de l'administratif, de l'humain, ...). Au sein des écoles, que ça soit fac, IUT, école d'ingénieurs publique ou privée, le travail en groupe, ça ne juste marche pas dans la majorité des cas. C'est une grosse blague. On trouve toujours un membre du groupe qui est obligé d'en faire plus que les autres. On voit un (ou plus) bosseur(s) et des glandeurs, on voit de tout sauf des trucs constructifs. Car la flemme frappe, car un même sujet ne peut pas convenir à tout un groupe de personnes (objectifs différents, perceptions différentes, sensibilités différentes, ...). Tiens, d'ailleurs, 42 ne dénonce-t-elle pas le formatage, la normalisation des personnes ? Pourquoi un groupe devrait bosser sur un même sujet plus ou moins imposé ? (me faîtes pas croire que 42 sera full à-la-carte, sinon ça ne serait pas une école supérieure). Alors là je me doute bien que chacun va venir taper à ma porte pour me raconter son expérience personnelle de travail en groupe qui s'est très bien passée. Mais bien sûr.
  • Les enseignants de 42 seront des gens que les fondateurs de 42 connaissent bien mais issus du monde du travail. Là encore, outre le copinage qui va être amusant, c'est le modèle classique des écoles d'ingénieurs privées et même de plus en plus des universités (manque de moyens toussa). Il faut juste rappeler qu'il y a tout un monde entre être une personne très compétente dans son domaine d'activité et savoir partager, de manière pédagogique son savoir et son savoir-faire. Et là, quel que soit le lieu de formation (privé/public, école d'ingé/fac, ...) on trouve de tout : d'un côté, on a des enseignants dont on ne sait même pas ce qu'ils font là car ils n'ont juste rien à apprendre (mais si, mais si, on en a tous connus, big up :P) et de l'autre côté, des gens d'une très grande compétence mais qui ne savent pas faire passer leur savoir. C'est un fait, tout le monde n'est pas un pédagogue en puissance, il faut en finir avec ce mythe ! Je ne suis pas un pédagogue !
  • Vu le modèle économique (Niel paye pour les 10 premières années et d'autres entreprises sont appelées à financer), on sent bien l'indépendance que l'école va avoir envers Iliad puis envers les autres financiers. On ne sent pas du tout qu'on va fabriquer des gens modelés pour bosser dans les filiales d'Iliad. On ne sent pas du tout que la formation proposée, ça va être comme les certifs Cisco qui-claquent-t'as-vu-je-gère qui enferment dans un modèle de pensée unique : on pense Cisco, c'est-à-dire qu'on ne pense pas la méthode logique sous-jacente, sous sa forme fondamentale mais à travers le prisme Cisco (pour faire ça, je tape telle commande sans vraiment comprendre les concepts sous-jacents). On ne sent pas du tout qu'on va enseigner que les bonnes pratiques que doit suivre un FAI, c'est celles de Free. Bonjour les dégâts !
  • Quand on se propose de faire une école avec, je cite, "un modèle peer-to-peer" (fin de citation. Déjà je dis LOL Free<->Peering :)), modèle horizontale où les élèves vont être acteurs de leur life (waooouh), vont collaborer pour faire des projets trop-bien-réalistes-que-tu-as-des-chances-d'avoir-en-entreprise-mais-en-fait-non, vont s'inter-évaluer (comment ? quels critères ? l'histoire ne le dit pas et, à l'Exia, je crois savoir que c'est pas la joie), d'appliquer un modèle comparable à celui du logiciel libre, on évite de dire qu'on va faire bosser les étudiants sur des iMac dernière génération. C'est vrai qu'Apple ça sent l'entraide, l'innovation bénéfique, le partage, un monde plus beau pour tous et tout et tout. La créativité, peut-être et encore, il faut la replacer dans son contexte (culture, société, ..., les plus grands inventeurs n'inventent presque rien). Mais bon, puisqu'il y a, je cite "des tarifs formidables" ... À la fin de la conférence, Nicolas Sadirac dit qu'il veut faire une école pour les gens qui partagent la culture qui a amené à la création de Google ou Facebook. C'est sûr, niveau innovation (et encore, refaire le Minitel avec une interface différente, c'est clair que c'est innovant), frime, fric et contribution au PIB, Google, Facebook et Apple en tiennent une couche. Mais sinon ? Si c'est pour avoir une école qui veut former les futurs entrepreneurs de ce genre de trucs "innovants" sans éthique, non merci.
  • Notez que je suis cool, et que dans le point précédent, je n'évoque pas la vidéo de présentation mise sur Youtube (Free/Youtube, LOL !) ni le site web qui nécessite Flash (ouverture spotted :P).
  • J'adore aussi le "10G de transit Internet vers les 2 plus grands datacenters de Paris". La latence sera excellente pour les jeux en réseau et la BP parfaite pour dl moar pr0n neeeeeed, je n'en doute pas. Pour bosser, j'ai comme un doute. 🙂 Hameçonnage spotted ! 😛 Ha, au fait, RENATER offre déjà de telles capacités mais c'est vrai que ça reste innovant :). Ok, on va me dire que RENATER, c'est par ville (ce qui inclu université + lieux de formation partenaires + parfois CROUS + ...), pas par école. Et apparemment, ça suffit, les links RENATER sont rarement surchargés. Mais ok, soit, pour inventer les usages de demain, je veux bien admettre qu'il faut avoir l'infra qui r00x au cas où. Juste, je crois savoir que RENATER fournit aussi des liaisons plus conséquentes quand l'usage est justifié (je pense au CERN, à vérifier toutefois).
  • L'école 42 veut trouver les génies et les sortir de leur échec scolaire ... mais pas avant leur 18 ans. Ha mais attention, c'est parce que c'est trop compliqué légalement en ce qui concerne l'accueil des personnes en dessous de cet âge. OOOOOOOOOK donc on gueule VIVA LA REVOLUCIÓN, FUCK les homologations des diplômes par l'État (soit dit en passant, j'adore la révolution dans la conformité, c'est tellement innovant de dire ça, les écoles d'ingé privées ne l'ont jamais fait faut dire :)), on est des fous nous et tout et tout mais on n'est pas capable de faire évoluer les textes sur ce point. Réveil : à 18 ans, les génies se sont sortis les doigts du cul depuis longtemps. Aller, pour être crédible, quelques noms, je vous laisse chercher les biographies : Aaron Swartz, Dennis Ritchie, Bill Gates, Zuckerberg (ce n'est pas parce qu'on ne peut pas les blairer qu'on ne peut pas les citer en illustration) et tout ceux auxquels je ne pense pas sur le moment et ceux qui ont eu une adolescence difficile et qui n'ont montré leurs capacités qu'après. Il faut également penser à ceux qui sont encore dans l'ombre (big up, vous vous reconnaîtrez sans que je vous cite, les amis). Les laisser attendre jusqu'à 18 ans, voilà qui devraient les aider, j'en suis convaincu. 🙂
  • Comme je viens de l'écrire, une école d'ingé, ça me semble un peu tard pour débusquer les talents : il y a tout un travail en amont pour susciter l'intérêt et les éventuelles vocations. L'enseignement supérieur ne m'a quasiment rien appris. J'ai appris avant, dans mon coin et via la vie associative. C'est ça qui construit la fameuse différence que Niel recherche. Le bidouillage et la curiosité, c'est avant l'enseignement supérieur. C'est ces initiatives là (associations, ateliers, peut-être une option informatique BIEN FOUTUE dans le secondaire voire avant, même si je ne suis pas convaincu sur ce point) qu'il faudrait favoriser pour être efficace. Mais là, ça demande plus d'efforts que d'ouvrir une nième école d'ingé révolutionnaire-mais-pas-du-tout-en-vrai, c'est sûr. Ensuite, on reparlera des autres contraintes (diplôme, acceptation sociale des hackers, marché du travail, ...). En fait, 42, à part former les futurs travailleurs de chez Iliad (en passant, quid des étudiants qui ne pourront pas être absorbés ? Comment seront-ils intégrés sur le marché du travail ?), ça sert à quoi ? En gros, 42 c'est l'école d'Iliad comme Samsung et tant d'autres ont les leurs. Innovant on vous dit ! 🙂 Je n'ai quasiment rien contre (s'il y a des gens fascinés par la pensée unique d'une entreprise dès la formation ...), juste il faut le dire et ne pas enrober ça dans du patriotisme (wesh je fais ça pour l'économie de mon pays quoi t'as vu ! Philanthrope représente ! :P).
  • L'école 42 va détecter les génies potentiels grâce à des tests en ligne puis grâce à la méthode de la piscine ... C'est aussi innovant que le reste en fait ! 🙂 Donc en gros, le système actuel ne détecte pas les génies car il les blase mais un test made in 42, c'est sûr, ça le fera alors que c'est la même méthode. NARMOL ! Mais là, je l'avoue, je n'ai pas la méthode magique : comment évaluer une action réellement innovante, un acte de pure création, une curiosité maladive et l'envie de reverser la technologie ? Cela se mesure que trop tard ... Des signes existent, dans la vie associative et dans le passé des personnes juste, comment on évalue ça ?
  • Si, comme on le dit, et vu le nombre de fois où Jobs a été cité dans la conférence de presse comme un modèle de pensée intéressant, Niel est le Jobs à la française, 42 promet d'être une fabrique paillette et frime de trous du cul en costard-cravate évangélisés à la mode Iliad tu-vois-je-suis-un-entrepreneur-innovant-t'as-vu élite représente t'as vu. Déjà que c'est pas terrible dans les écoles d'ingé privées, je sens que l'école 42 ne va rien arranger ... Je les envie vraiment, sérieusement. Nan, je déconne 🙂

Et encore, je n'ai pas trollé sur le terme "génie", sa définition, son contexte et son emploi ici, ni sur la non-homologation du papelard de fin d'études ni sur la fiscalité (paraît que Niel y trouverait son compte, sans blague ?! Pourtant Niel, le grand chevalier blanc, il a dit que, contrairement aux écoles d'ingé privées, il ne fait pas ça pour l'argent. :P).

Désolé pour cet avis si peu construit et si peu argumenté, je n'étudie pas chez 42 donc je ne suis pas un génie donc je ne peux pas avoir un avis éclairé. 😛

J'attends quand même de pouvoir juger sur les faits, on verra bien.

3 commentaires pour le moment

Ajoutez votre commentaire
  1. Ton poste pue la gauche caviar, objectivisme niveau 0, du troll hardcore dissimulé derrière de belle paroles qui néanmoins laissent entrevoir tes nauséabondes pensées.
    REAC level 100

    • Ho ? Je suis démasqué ?

      \o/

    • Bonjour,

      Pour reprendre vos propos :
      – « Ton poste pue ».
      – « objectivisme niveau 0 ».
      – « du troll hardcore ».
      – « de belle paroles qui néanmoins laissent entrevoir tes nauséabondes pensées ».
      – « REAC level 100 ». => bien que je n’ai pas vraiment compris cette dernière phrase. Je la cite quand même, parce qu’un propos mal exprimé peut être retourné contre celui qui le formule. J’en profite.

      Enfin voilà, votre discours en entier peut s’appliquer à vous, et ce, en à peine 2 lignes et demies.

      Merci à vous pour votre participation si constructive, et bonne chance dans la vie, vous en aurez GRANDEMENT besoin.