En vrac

Table des matières

Le droit d'auteur à l'ère numérique

Je ne vais pas écrire sur le sujet car tout a déjà été dit. Je veux juste vous conseiller la lecture des éléments suivants :

Concernant la licence globale et le mécénat global, je ne vous ai donné que quelques pistes, à vous de creuser si vous êtes intéressé.

J’espère que cela vous donnera des idées pour rentrer en contact avec vos députés : 2012 approche et le temps des belles promesses est déjà arrivé ! Mais qui ne tente rien, n'a rien ! Les dérives totalitaires surviennent quand un peuple démocratique oublie d'exercer son pouvoir (adapté de V pour Vendetta, le film). Je dis ça, je ne dis rien, hein !

C'est pour votre bien !

Lors du dernier rendez-vous que j'ai eu avec la conseillère qui m'est affectée à ma banque, celle-ci m'informe qu'elle n'a toujours pas reçu les informations permettant de mettre à jour mon dossier. Elle me dit que les banques ont l'obligation de procéder à un contrôle régulier de l'identité, des ressources et du domicile de leurs clients depuis la fin 2010 et qu'une lettre m'informant de cette modification de la réglementation m'avait été adressée par courrier, lors de l'envoi mensuel d'un relevé.

De prime abord, rien ne me vient à l'esprit : je n'ai aucun souvenir d'un tel courrier. Elle me montre alors une copie de ce courrier. Je jette un œil et je sens ma colère monter. Mais oui, c'est bien ce même papier qui m'avait transformé en Hulk lors de sa réception avec mon relevé mensuel et qui avait fini à la poubelle sans autre forme de procès il y a plusieurs mois de cela !

Pour que vous voyiez de quoi je parle, je cite un extrait du courrier en question :

Dans le cadre du renforcement de la réglementation en matière de prévention de l'utilisation du système financier à des fins de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme, l'ensemble des banques a l'obligation de se conformer à des exigences vis-à-vis de leur clientèle. Cette réglementation a évolué ces derniers mois vers une amélioration de la connaissance par chaque établissement bancaire de ses clients et de la sécurisation de leurs opérations. À ce titre, votre banque est tenue de mettre régulièrement à jour les informations dont elle dispose vous concernant s'agissant de votre identité, votre domicile et vos ressources.

J'adore ce passage. On vous encule mais c'est pour votre bien ! Sérieusement, ça marche encore ce vieux truc de la sécurité ?! Et bientôt, qu'est-ce qu'on va imposer à ma banque de connaitre sur moi ? La taille de ma queue et/ou le poids moyen de mes excréments ? Sérieusement, les vrais criminels, ceux qui blanchissent des sommes énormes et financent le terrorisme, savent très bien frauder et se fabriquer des fausses déclarations de ressources qui permettent de masquer leurs opérations. De plus, le blanchissement doit avoir bien plus lieu dans les paradis fiscaux qu'en France ... Avec cette modification de la législation, on veut juste ficher et emmerder les honnêtes citoyens !

Et la conseillère ? Bah elle a eu le droit de recevoir ma gueulante en face ! J'ai dit que je fournirais les pièces justificatives aussi vite que possible pour l'endormir : en réalité, j'attends le dernier moment, quand je n'aurais plus le choix.

Si vous avez déjà fourni les documents en question ou si vous êtes forcé de le faire, n'oubliez pas d'envoyer une demande écrite à votre banque afin de demander à ce que les données fournies ne soient pas utilisées à des fins commerciales. C'est spécifier en bas du courrier :

Vous pouvez également sans frais vous opposer à ce que ces données fassent l'objet d'un traitement à des fins de prospection commerciale.

L'information hacking

Les petits gars de chez Reflets.info (encore des salopards de pédophiles-nazis-communistes-pirates qui ne veulent pas gober les informations diffusées par les canaux "classiques" ;)) expliquent le concept d'information hacking à la radio. C'est par ici que cela se passe : Reflets.info explique l’information hacking sur Radio Libertaire.

Pour les gens pressés : information hacking, pour résumer, est un terme marketing pour désigner le journalisme tel qu'il devrait être (recherche approfondie, indépendance, croisement des données, mise en valeur des données récoltées, ...) couplé aux nouvelles technologies et aux possibilités qu'elles donnent en terme d'investigation et de diffusion des données.

Je ne veux pas de la carte de fidélité de mon supermarché !

Bon, ce n'est pas nouveau mais quand c'est dit avec précision et clarté, je partage : Je ne veux pas de la carte de fidélité de mon supermarché ! chez le Hollandais Volant. Si vous êtes intéressé par le sujet, pensez à lire les commentaires, ils sont tout aussi intéressants que le billet.

Je n'ai rien à ajouter sur le sujet.

Quand les banques nous prennent pour des cons !

Je n'avais jamais remis en question les différents comptes d'épargne que j'ai ouverts sous les conseils de mes différents conseillers ... jusqu'à récemment où je me suis intéressé au sujet et me suis documenté.

Attention : Ce qui suit est fortement subjectif ! L'épargne dépend de vos choix, de votre situation financière et professionnelle et de vos projets ! Ainsi, mes conseils et mes conclusions ne s'appliquent pas à tout le monde ! Mais je pense néanmoins qu'ils peuvent servir à bon nombre d'entre vous.

Sous prétexte de diversifier votre épargne, vous vous retrouvez bien souvent avec des LEP (Livret d’Épargne Populaire), PEL (Plan d’Épargne Logement), CEL (Compte Épargne Logement), compte sur livret, LDD (Livret de Développement Durable), parts sociales ... Et il est difficile de faire le tri et de savoir ce qui vous apporte réellement un plus.

Commençons par ce qui fâche : les PEL et CEL sont des arnaques pures et simples : ils ne rapportent rien, les banques se font leur beurre avec ces produits financiers et les prétendus avantages (taux d’intérêt plus bas en cas de projet immobilier, entre autres), ne sont pas souvent vrais car ils dépendent du moment où vous souscrivez un prêt et il m'arrive de voir régulièrement autour de moi des gens qui, bien qu'ayant un CEL ou un PEL (ou les deux), se retrouvent avec un taux d’intérêt plus haut que le taux d’intérêt ayant cours au même moment pour les non-possesseurs de tels comptes. Enfin, même si vous avez un projet immobilier en tête, sachez qu'un bon placement de long terme vous permettra tout autant de mener à bien un tel projet qu'un CEL ou un PEL. L'arnaque et l’enrichissement des banques en moins.

Concernant les LDD, les comptes sur livret et les parts sociales, j'ai moins de griefs envers eux. Juste un seul, ils ne rapportent pas assez comparés à d'autres produits d'épargne.

De manière générale, je pense qu'une banque est faite pour financer des projets (on trouve rarement de gros prêts plus intéressants ailleurs) et pour stocker de l'argent immédiatement disponible. Ainsi, mon conseil du jour sera d'ouvrir un compte chèque, et un seul compte d'épargne à disponibilité immédiate. Ce dernier est à choisir en fonction de votre situation : si vous avez moins de 25 ans, il y a de fortes chances qu'un livret jeune soit le plus intéressant en terme de rémunération. Au-delà, il y a de fortes chances qu'un LEP soit plus avantageux. Si jamais vous ne remplissez pas les conditions d’accès (plafond de ressources, 2 LEP par foyer fiscal), vous pouvez vous tourner vers le classique Livret A (tiens, il est populaire mais rarement mis en avant par les banques. Pourquoi ? Car ils leur rapportent moins !).

Pour le reste de vos économies (= épargne de long terme), mon conseil sera de vous adresser à un gestionnaire de patrimoine. Ne vous laissez pas impressionner par le terme ! Ils ont des placements bien plus intéressants que les banques avec des frais de gestion moins importants. Si ce sont de vrais professionnels, ils seront vous trouver le placement qui correspond à vos attentes/besoins. Personnellement, je vous recommande une assurance vie. Les supports que vous mettrez dedans (sans risque, risqué, très risqué) dépendent de vous. Pour rappel : plus un placement présente une rémunération intéressante, plus il est risqué (= plus vous avez de chance de tout perdre du jour au lendemain en fonction des fluctuations financières).

Mais là encore, tout n'est pas rose : méfiez-vous des arnaqueurs ! Les professionnels qui tentent à tout prix de vous faire signer un contrat ne sont pas réglo ! Les professionnels qui ne savent pas expliquer clairement ce qu'ils vous proposent pour optimiser votre épargne sont à proscrire ! Les professionnels qui demandent à vous voir trop souvent sont à proscrire, il y a une arnaque dans l'air ! Les professionnels qui vous font ouvrir 36 contrats cherchent à vous embrouiller !

Je me permets un dernier conseil : si vous choisissez des supports à risque, je vous recommande de choisir un prélèvement échelonné qui permet de lisser le risque. En effet, lorsque vous rentrez, vous ne savez pas si vous êtes au point le plus haut ou au point le plus bas (ou autre) du cours. Effectuer plusieurs petits virements au lieu d'un seul gros virement permet de limiter cet effet-là.

Pour revenir à nos chères banques : pour savoir si un produit d'épargne vous correspond, écoutez attentivement votre conseiller(e) : si il(elle) utilise des arguments sentimentaux du type "depuis le temps que je vous connais, je n'ai pas intérêt à mal vous conseiller", vous pouvez être sur que le compte que vous désirez ouvrir (ou que l'on vous propose) est une arnaque.

Note : je n'ai pas parlé volontairement des taux des comptes d'épargne car ils fluctuent et ce n'est pas le cœur de mon propos.

Quand les banques nous prennent pour des cons ! - La vengeance du client

Vous connaissez très certainement l'adage "ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier" et j'ose espérer que vous l'appliquer le plus souvent possible ! Le Hollandais Volant en parle à propos des magasins (voir ci-dessus). Moi je vais vous en parler à propos des banques.

Rien ne vous empêche d'éparpiller vos économies entre plusieurs établissements financiers. Par exemple, en reprenant la répartition que je vous ai exposée ci-dessus, on peut très bien imaginer avoir le compte chèque dans la banque A, le compte d'épargne avec disponibilité immédiate dans une banque B et l'épargne de long terme chez un gestionnaire de patrimoine !

Cela fait des années déjà que j'ai choisi ce mode de répartition : vous êtes moins dépendant d'une seule institution financière et vous pouvez négocier un prêt plus facilement (car vous êtes plus crédible quand vous menacez d'aller voir ailleurs alors que votre banque sait que vous avez d'autres économies dans une autre institution financière). Et en cas de conflit important avec une banque, vous avez toujours de l'argent quelque part le temps de faire les démarches de rupture.

Quand les banques nous prennent pour des cons ! - Le retour

Quand vous vous rendez compte que certains comptes d'épargne proposés par les banques sont des arnaques (voir ci-dessus), vous voulez bien naturellement les clôturer. Et là, c'est le drame !

Premier effet : le conseiller qui vous est affecté doit normalement réaliser un quota (= recevoir un certain nombre de clients en un temps donné). Vous remarquerez que lorsque vous demandez à clôturer plusieurs comptes, bizarrement le quota ne compte plus ! On vous retient pendant 1h30-2h voire plus (en fonction de votre patience en fait) pour tenter de vous convaincre de ne pas clôturer vos comptes. Si seulement le temps passé avec le client ne comptait pas non plus quand on demande une faveur à sa banque ... Douce utopie.

Deuxième effet : le conseiller tente de vous tirer les vers du nez : qu'allez-vous faire de cet argent, est-ce qu'il va aller à la concurrence ? Que d'angoisses ! Vous avez le devoir de ne pas répondre à ces questions qui nuisent à votre vie privée.

Troisième effet : la banque (et plus forcement le conseiller uniquement) va tenter de gagner du temps et ne va pas clôturer vos comptes immédiatement. Quand vous pensez qu'un compte se clôture en trois clics de souris de nos jours, il y a de quoi devenir enrager ! Quand vous retournez à votre banque, énervé, pour obtenir des explications, vous avez le droit aux gadgetophrases (terme trouvé chez Reflets.info) habituelles du type "ce n'est pas moi qui m'occupe de votre dossier". Mais parfois, vous tombez sur des perles du genre "ce compte est le réceptacle de vos parts sociales, comme nous avons besoin de calculer la fiscalité, nous ne pouvons pas le clôturer). Heu ouais ... je n'ai plus de parts sociales depuis longtemps m'enfin bon ... Quand à l'excuse de la fiscalité ... passons.

En ce qui me concerne, l'affaire a vite été réglée : j'ai d'abord répondu poliment à ma conseillère avec les arguments que j'avais préparés avant le rendez-vous. Puis, quand elle a commencé à la jouer sentimental (voir ci-dessus), j'ai gueulé ! Et quand j'ai vu qu'un de mes comptes n'était toujours pas clôturé au bout d'une semaine, j'ai gueulé et j'ai engagé une procédure pour passer à la concurrence ! Je n'aime pas qu'on me prenne pour un con trop longtemps !

La carte d'identité électronique (CNIE)

Si vous ne le savez pas, 11 gus (admirez la démocratie dans toute sa magnificence) ont votés, début juillet, la mise en place de la carte d'identité électronique. Ou comment ficher toujours plus les Français !

Encore une loi qui est passée en utilisant l’argument de la sécurité. Mais bien sûr : pour protéger le bon con de citoyen de l’usurpation d'identité, on lance la CNIE ! Et comme le gouvernement n'a rien à se reprocher et croit que cette loi est bienveillante, il l'a fait passer en plein mois de juillet, mois propice aux vacances parlementaires !

On notera que ce projet n'est pas nouveau et avait déjà été avorté suite à des levées de boucliers de la part de la CNIL, entre autres. À noter également que lors de la première tentative, l'argument avancé était, traduit de la novlangue en français "la chasse aux étrangers en situation irrégulière".

Pour en savoir au sujet de la CNIE : Quand la France devient la Chine, sous l’effet de 7 inconscients… chez Paul Da Silva ou 11 députés votent le fichage de 45 millions d'honnêtes gens chez PCInpact.

En signe de protestation, certains choisiront de faire renouveler leur CNI et d'autres de ne rien faire du tout. Certains choisiront même, pour marquer leur désaccord, de ne pas faire renouveler leur CNI qui a pourtant expiré. Cette dernière idée ne me paraît pas être la bonne car de plus en plus d'organismes (au pif : les banques) doivent vérifier de plus en plus souvent votre identité (oui, oui, la légende du "une CNI en cours de validité n'est nécessaire que pour sortir du territoire", c'est du pipeau). Vous aurez donc des problèmes. Même si je ne suis pas d'accord avec les pratiques de ces organismes, je ne vois pas d'autres alternatives que de gagner du temps (je ne vais pas stocker mon argent chez moi, par exemple). Il faut donc jouer en respectant les règles du jeu.

En ce qui me concerne, je joue la montre et j'ai fait renouveler ma carte d'identité version papier. Je gagne 10 ans. À moins, bien sûr, qu'une loi m'impose, dés demain, de posséder une CNIE, tout est possible !

Vous vous en doutez, mon renouvellement ne s'est pas passé dans la joie et la bonne humeur : j'ai expliqué très clairement pourquoi je la faisais renouveler à des ignorants qui n'avaient pas encore reçu leur note de service et ne connaissaient donc pas l'existence de la CNIE ! Là où la colère m'a emporté, c'est quand, en réponse à mon argument de fichage de la totalité de la population, une des personnes du service m'a répondu "si vous n'avez rien à vous reprochez, vous n'avez rien à craindre de la CNIE, comme vous dites". Cet argument facile permet de justifier n'importe quoi ! Mais je ne pense pas avoir besoin de vous l'expliquer.

Malgré tout, je trouve déjà que la CNI version papier écrase trop notre vie privée : à quoi sert ce relevé d'empreinte digitale ? Suis-je coupable de quoi que ce soit ? Quels sont les enfoirés des générations précédentes qui ne se sont pas révoltés contre ça ?!

Né pour être un râleur !

Aucun commentaire.

Ajoutez votre commentaire